[wpseo_breadcrumb]
[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS] Imprimer cette page Imprimer cette page

La charge de travail par Emmanuelle Soustre,
intervenante-experte au Crefac

Emmanuelle Soustre

Intervenante – Experte

Docteur en chirurgie-dentaire

Docteur en sciences biologiques et médicales

Praticien conseil à l’Assurance Maladie

Déléguée syndicale centrale Cnam
Présidente du Snpdos-CFDT

Membre du BN CFDT Cadres

 

Par Emmanuelle Soustre

 

« La perception que chacun a de sa propre charge de travail peut varier fortement en fonction des contextes de travail, des moyens à la disposition des salariés, des formes de coopérations, de la capacité d’influencer les choix d’organisations et d’assurer une reconnaissance pour les efforts accomplis, etc. » Anact – 2016ACT 10 questions sur la charge de travail

Quelle est la perception que l’on a de sa propre charge de travail et/ou de celle de ses collaborateurs quand on est en situation de management ?  Quelle relation entretient-on avec sa propre charge : est-on dans une relation qui nourrit son estime de soi et valorise vis-à-vis d’autrui ; une relation de sujétion permanente ; une relation aliénante et toxique ?

Dans bien des situations professionnelles de surcharge les salariés « tiennent » en portant un fardeau lourd au regard des différents dossiers à traiter, tâches à accomplir, problématiques à résoudre (pour les managers : comment faire plus avec moins de ressources ?) ; conflits interpersonnels à gérer.

Tant que les salariés se sentent soutenus, reconnus pour leur engagement au travail…ça passe.  En effet, nous pouvons tous encaisser ponctuellement une surcharge avec son cortège de stress. Nous sommes « dessinés pour » au regard des centaines de milliers d’années d’évolution. Cette surcharge est d’autant plus facilement gérée que notre corps, en synthétisant les hormones du stress nous aide sur un plan biologique à nous « dépasser ».  Les choses se compliquent quand cette situation de déséquilibre se poursuit et que le stress se chronicise avec son lot de cascades inflammatoires délétères pour l’état de santé de l’individu.

Qu’est ce qui fait que la situation de travail bascule vers un état où le salarié est submergé, dépassé par sa charge ?

A ce dépassement de charge permanent, qui met déjà l’individu en situation de fragilité, un fait générateur va projeter l’individu qui a, jusque-là, sur-mobilisé ses ressources internes pour faire face, dans une zone de profond déséquilibre incapacitant. Cela peut être : un climat de travail qui brusquement se détériore (avec par exemple une rupture de confiance avec son N+1 ; une relation interpersonnelle de travail qui se crispe) ; un évènement personnel qui bouleverse la vie du salarié. A partir de ce moment-là l’individu ne fait plus face, subit et risque l’épuisement…

Pour vous aider dans cette prise de conscience, j’exposerai le récit de mon expérience de dépassement de charge dans une situation conflictuelle de travail : le contexte personnel et professionnel ; le rôle de mon manager ; le point de basculement/ rupture de charge et ses conséquences ; le nécessaire repos.

Puis j’évoquerai la démarche et les appuis qui m’ont conduite à tirer les enseignements de cette expérience afin de mettre en place une stratégie pour un retour au travail dans des conditions normalisées de régulation de la charge.

La formation Crefac « charge de travail- prenez la main ! » vous invite à un temps pour soi ; un temps de réflexion et d’analyse de l’écosystème de votre propre charge en passant notamment en revue les déterminants qui y concourent.

En fin de formation, lors d’un atelier, vous serez à même d’élaborer votre propre plan d’actions.